Yoga crush : un an après

Cela doit bien faire deux ans que je suis fascinée par le yoga. Ça a commencé avec Instagram où les comptes de yogi devenaient de plus en plus visibles, ce qui n’est pas une surprise lorsqu’on connait l’ampleur de la tendance fitspo. Les corps athlétiques fascinent et font rêver.
L’une des premières yogis que j’ai suivi est Kino MacGregor, sans aucun doute l’une des meilleures, de par ses qualités humaines et sa capacité à enchainer des postures impressionnantes. Il n’y a qu’à voir sa démo de yoga réalisée à Mysore pour comprendre.

A force de voir des photos, des vidéos j’ai eu envie d’essayer. D’abord à la maison, toute seule devant mon écran, soutenue par les vidéos d’Adriene Mishler. Mais j’ai très vite abandonné l’idée. En tant que débutante, il m’était impossible de suivre correctement une vidéo de 30 minutes sans avoir jamais fait de cours auparavant. J’ai donc cherché un endroit à Paris où pratiquer et j’ai finalement trouvé mon bonheur dans le 3ème.

Je pratique donc depuis plus d’un an à raison de 2h par semaine et je ne me suis jamais sentie aussi bien. Il faut savoir que je n’ai jamais été une grande sportive. Pendant très longtemps mon activité physique s’est résumée à la danse, puis, durant l’adolescence, au néant. Comme beaucoup de personnes, je me suis essayée à diverses activités telles que la gym suédoise, la salle de sport classique, la boxe, le crossfit, le running… sans jamais accrocher plus de 3 mois, parce que trop chiant, trop difficile ou trop loin. Aujourd’hui j’ai trouvé MON activité, celle pour laquelle je suis prête à traverser vents et marrés, à claquer des mille et des cents et qui me manque quand je dois prendre une pause pour cause de corps en mauvais état.

De mon point de vue, le premier bénéfice du yoga est l’apaisement. Je suis une grande stressée, j’angoisse pour un rien et depuis que j’ai commencé j’ai appris à être plus calme, à relativiser. Le yoga (et ma professeur) m’a appris à être davantage bienveillante envers moi-même (et les autres), à accepter mes défauts et ne plus me juger.
Les autres bénéfices sont physiques puisque j’ai retrouvé ma souplesse et que j’ai gagné en force. Pour exemple, au début, il m’était impossible de descendre en chaturanga ou de tenir la posture du chien tête en bas sans souffrir. C’est finalement devenu l’une de mes postures préférées. Par ailleurs, beaucoup pensent à tort que le yoga est une activité tranquille qui ne demande pas de se dépasser physiquement. Mais le yoga est vaste, il existe autant de genre de yoga que de personnalités. Pour ma part, j’ai choisi de faire 1h de Hatha et 1h de Vinyasa. L’un m’apporte les bases en terme de postures, l’autre me pousse à aller plus loin, me dépasser. Et ce qui est génial, c’est que parfois, dans la pratique, je me surprends moi-même, je me découvre des capacités que je ne connaissais pas. On observe une vraie progression au fil des séances, ce qui a pour effet de booster la confiance en soi et donne envie de continuer.

Le yoga ouvre aussi le chemin à de nouveaux horizons tels que la méditation. Cela ne fait pas assez longtemps que je pratique pour pouvoir en parler en détail mais c’est là une bonne méthode d’introspection, cela permet de se recentrer sur l’essentiel et d’apprendre à faire la part des choses.

lac_admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *